Le Second Empire (1852 - 1870)

Dans les années 1850, les techniciens venus d’Angleterre furent petit à petit remplacés par des Français, principalement issus des Écoles d’Arts et Métiers. La France devint exportatrice de métaux, de machines et de locomotives.

Se posait alors la question de l’élévation du niveau des Écoles. La société des anciens élèves y était en majorité opposée. En effet, elle pensait que cette élévation ferait des Arts et Métiers une imitation des grandes écoles, et en éloignerait les classes laborieuses.

Cela n’empêcha pas une réforme majeure d’avoir lieu le 30 décembre 1865 : on introduisit alors des cours supérieurs de chimie et de physique, les ateliers furent modernisés. L’objectif des Arts et Métiers était de « former des chefs d’atelier et des ouvriers exercés dans la pratique éclairée des arts spécialement utiles aux industries du bois et du fer ».

Cette définition plaisait guère à l’association des anciens élèves car elle n’offrait comme perspective aux jeunes élèves qu’un faible niveau hiérarchique dans l’entreprise.

En 1859, le marquis Gaëtan de La Rochefoucauld attribua à la Société des anciens élèves une rente perpétuelle. En 1860, la Société fut reconnue d’utilité publique. Son expansion se renforça et ses effectifs passèrent de 326 à 1220 en dix ans. Elle pouvait alors commencer à former un groupe de pression, comme Polytechnique ou d’autres grandes écoles parisiennes le faisaient déjà.

mardi 21 février 2017
15h15
Nombre total de visiteurs: 152467
Nombre de visiteurs aujourdhui: 12
Nombre visiteurs connectés: 1